الجولة الاولى في السيارة في تقرت "فرنسي"

La première randonnée automobile au Sahara


Dans la succession enfiévrée des manifestations du Centenaire, dame « Actualité » est soumise parfois à de rudes épreuves, dans son souci louable de ne rien laisser passer des faits, auxquels se rattache une grande idée ou un beau geste.
C'est ainsi qu'elle vient, un peu tardivement — et elle s'en excuse — rappeler l'événement qui s'est produit, le 28 avril dernier, à Touggourt.
Affirmons, sans plus tarder, qu'il mérite d'être signalé à l'attention publique.
Et nous voilà reportés à l'époque mémorable où la mission Haardt-Audouin-Dubreuil, patronnée et organisée par le grand industriel français Citroën, outillée par les éminents inventeurs de la chenille Adolphe Kergresse et Hinstin, allait aborder, pour la première fois, les solitudes sahariennes et tracer la voie nouvelle sur laquelle devaient se lever aussitôt les plus magnifiques espoirs.
La France a prouvé qu'elle avait le culte du souvenir.
 

Et c'est pourquoi, le 28 avril dernier, s'inaugurait, à Touggourt, sous la présidence distinguée du Général Meynier, représentant le Gouverneur Général, le monument destiné à commémorer l'œuvre de la Mission Haardt-Audouin-Dubreuil.
Ce monument, qui marque aussi le point de départ de la Mission, constitue la borne « O » de la route de Touggourt à Gao.
Cette voie va être jalonnée au moyen de 1.000 bornes métalliques, offertes par M. Citroën et, en hommage de l'Histoire à celui qui aura ainsi contribué si puissamment à la tracer et à la jalonner, cette piste portera désormais le nom de « Piste Citroën ».

Nous saluons ici avec le plus vif intérêt l'opportune grandeur de ces gestes publics, qui mettent à l'honneur, dans le présent comme dans l'avenir, l'industrie et les énergies françaises.